Rappel Gratuit

Augmentation des droits de passage sur Suez et Panama

C’était quelque chose de relativement prévisible : les coûts de passage du canal de Suez ont augmenté, suivi de ceux du canal de Panama. Cependant, les modes de fonctionnement de ces deux augmentations tarifaires sont différents.


Le canal de Suez

Les augmentations concernant le canal de Suez sont actuellement temporaires. Une première salve d’augmentations a été lancée en début d’année, elle est de l’ordre de 6%, exception offerte pour les méthaniers et les navires de croisières. Une seconde salve de 5% à 10% a pris effet en mars dernier.

Cette augmentation se justifie par la nécessité d’adaptation aux volumes de transits qui sont en hausse et, ce, malgré la crise sanitaire et géopolitique actuelle, ainsi que par les besoins de développement de la structure même du canal. Cette augmentation survient à peine un an après l’incident du M/V Ever Given qui avait bloqué le canal durant une semaine avant d’être renfloué puis immobilisé plusieurs semaines, le temps de négociations entre l’armateur et les autorités égyptiennes. Le canal, voyant son trafic augmenter, a besoin d’adapter ses voies navigables, et notamment de prévoir un élargissement pour faciliter les transits et éviter de nouveaux incidents du type Ever Given. Un chantier d’élargissement coûteux qui explique cette nouvelle série de hausses tarifaires.


Le canal de Panama

Les autorités du canal de Panama ont elles aussi annoncé des augmentations de leurs droits de passage. Contrairement à leurs homologues égyptiens, les autorités panaméennes ne font pas état d’augmentation temporaire mais d’augmentation stricto sensu. Cette augmentation est aussi une restructuration complète du système de péage du canal, passant ainsi de 430 tarifs différents à seulement 60. Les tarifs se baseront désormais sur le transit, mais aussi sur la capacité des navires ainsi que sur les ensembles d’écluses utilisées.

D’après les premiers éléments annoncés, la hausse engendrerait des augmentations de 5.20$ par tonne de gaz ou de pétrole liquéfié, de 0.20$ le baril de pétrole et, pour les navires autres tels que les RO/RO, vraquiers, chimiquiers ou autres, l’augmentation entraînerait une hausse du prix du marché oscillant entre 0.1 et 0.7%.

Pour ce qui est des navires porte-conteneurs, ils se verraient appliqués une hausse de 8% soit une estimation de 6$ par container d’ici 2025. Enfin, les navires de passagers, eux, verraient une hausse du tarif par passager tournant aux alentours de 4%.

Les autorités doivent tenir une audience publique le 20 mai. De là, l’approbation finale sera actée et la refonte du système de péage sera mise en place progressivement entre 2023 et 2025.

Des hausses tarifaires ne manqueront très certainement pas, elles aussi, à se retrouver dans le panier du consommateur final.

Actualités

Les chantiers navals saturés par la demande

La tendance haussière des tarifs de fret et les remous économiques engendrés par la pandémie auraient pu laisser penser que le secteur maritime aurait à faire face à un ralentissement complet du secte...

Le grand retour du blank sailing

Qu’est-ce que le « blank sailing », terme qui réapparaît régulièrement dans la presse spécialisée et particulièrement depuis le début de la crise sanitaire mondiale ? Hantise des chargeurs, le blank s...

Rappel gratuit

UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.