Rappel Gratuit

Comment lire une plaque CSC ?

Depuis leur invention en 1956 par Malcom Mclean, les containers n’ont eu de cesse de se réinventer et de s’adapter. Au départ timidement utilisés, il n’aura pas fallu longtemps pour que la mondialisation rende cette petite boîte d’acier indispensable pour toute l’économie mondiale.

Cette évolution du container, et donc du commerce international, a entraîné bon nombre de mises aux normes et de standardisation, des numéros de containers en passant par les charges maximales autorisées ou encore les plombs numérotés, il existe un très grand nombre d’éléments sur un container qui permettent de tracer ses déplacements ou encore de vérifier son intégrité et sa bonne utilisation.

L’un des éléments les plus importants des containers est sans nul doute leur plaque CSC. Véritable carte d’identité de chaque container, c’est une plaque en inox qui permet de connaître de nombreux détails sur la constitution du container. Afin de vous aider à y voir plus clair, nous allons vous donner tous les éléments qui vont vous permettre de déchiffrer les plaques CSC de vos containers. Ces plaques sont d’ailleurs fabriquées pour résister aux conditions climatiques les plus rudes que peut subir un container, ceci afin que la lisibilité de la plaque ne soit pas altérée au bout d’un laps de temps trop court, ce qui pourrait entraîner des dysfonctionnements de sécurité gravissimes en cas de mauvaise lecture lors d’une utilisation spécifique.

Tout d’abord, CSC se traduit par Convention for Safe Containers, qui est établie par l’Organisation Maritime Internationale, qui dépend des Nations unies. Cette convention sur la sécurité des containers a été établie en 1972 et elle a pour objectifs principaux de maintenir un haut niveau de sécurité lors du transport et des multiples manutentions, mais aussi de faciliter le transport en fournissant et en standardisant des règles de sécurité sur le plan mondial.

Sur cette plaque, rivetée à l’extérieur sur la porte gauche de chaque container, on peut trouver de nombreux éléments :

Type : Il s’agit du modèle de fabrication du conteneur

Manufacturer’s n° of the container : Il s’agit du numéro attribué par le fabricant du container.

Owner’s n° : Ce numéro est celui qu’utilise le propriétaire pour identifier ses conteneurs maritimes. Ce propriétaire est celui qui gère la flotte et coordonne les trajets desdits containers. Il est possible que le fabricant et le propriétaire soient la même entité.

Timber component treatment : Le plancher des containers est souvent constitué de contreplaqué marine ou de bambou adapté au transport maritime. Avec cette information, il est possible de savoir avec quel produit ont été fumigés les sols (Talileum-400, Radaleum, Basileum, etc..). C’est une information importante pour l’export vers certains pays qui imposent la fumigation de tous les bois importés (c’est le cas de l’Australie par exemple). Attention, parfois certains types de containers peuvent être constitués de sols en métal (par exemple les containers spéciaux pouvant contenir des produits chimiques très dangereux).

CSC safety approval : C’est le numéro lié à l’entité habilitée à certifier que le container répond aux normes internationales.

Date manufactured : est composé du mois et de l’année de fabrication du container.

Identification n° : C’est un numéro unique attribué par l’agence de classification qui vise à suivre toutes les inspections du conteneur, c’est en quelque sorte un numéro de série comme celui de votre voiture (VIN).

Maximum operating gross mass : Comme son nom l’indique, c’est le poids maximal que peut représenter un conteneur maritime en fonctionnement, tare incluse. Généralement, cette valeur est de 30 480kg, mais certains containers permettent d’aller un peu au-delà. Attention, il arrive que d’anciens containers aient encore une capacité maximale en charge de 24 000kg !

Allowable stacking load for 1.8G : ce chiffre de 1,8 correspond à la force de gravité que l’on éprouve x 1,8. Cette charge peut se traduire par la poussée (G) que vous ressentez dans une attraction comme les montagnes russes ou une montée en ascenseur rapide. C’est cette même force que subissent les containers à bord des navires lorsque ceux-ci sont pris dans des vagues. Ce chiffre est donc la charge maximale que peut subir un container avec un certain poids empilé sur son toit avec une force de 1,8G. Cette valeur ne peut être inférieure à 192 000 kg.

Transverse racking force : c’est la quantité de force qui s’applique au bord supérieur du container avant que son cadre ne se déforme. Cette valeur ne peut être inférieure à 150 000 newtons.

First maintenance examination due : Il s’agit de la date à laquelle le container doit être réinspecté (par une société de classification), c’est en quelque sorte la date du prochain contrôle technique du container. Pour un container neuf, la première inspection de revalidation de la CSC doit intervenir au bout de 5 ans. Les suivantes au maximum au bout de 30 mois.

On trouve également des informations douanières, telle la mention “Approuvé pour le transport sous scellé douaniers” (APPROVED FOR TRANSPORT UNDER CUSTOMS SEAL) notamment.


CSC safety approval plate


Grâce à toutes ces informations, on peut donc connaître bon nombre de détails sur son conteneur, que ce soient ses conditions maximales en termes de charges ou de manutention, mais aussi ses composants intérieurs ou encore les dernières inspections effectuées. Cette plaque n’est valable que si le container est jugé en bon état et donc apte à naviguer. Si le container n’est plus aux normes maritimes, ou s’il est trop abîmé, sa plaque CSC lui est retirée, ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas apte à des utilisations statiques ! De même, certains containers modifiés ou sédentarisés perdent leurs plaques CSC car ils sont sortis du cadre de leur fonction principale et ne peuvent donc plus être autorisés à naviguer en mer.

Si vous avez besoin d’informations supplémentaires, contactez nos équipes commerciales qui répondront à toutes vos questions et vous guideront dans le choix de votre container.

Actualités

Rappel gratuit

UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.