Rappel Gratuit

Les véhicules électriques sont-ils la nouvelle bête noire des avaries maritimes ?

Pensé et inventé dès le début du 20ème siècle, le véhicule électrique commence à s’imposer sur le marché automobile mondial. Si des industriels s’y étaient aventurés, notamment Toyota avec sa Prius Hybride, il fallut attendre la reprise de Tesla par Elon Musk pour démocratiser véritablement ce type de véhicules. Tesla emboîte le pas à tous les autres constructeurs qui vont désormais jouer des coudes pour fournir le véhicule électrique le plus performant, en particulier en terme d’autonomie, sachant que les moteurs thermiques ne seront plus fabriqués et vendus à partir de 2035.

La fabrication et la commercialisation des véhicules électriques engendre son lot de transferts logistiques, en navires rouliers ou avec des porte containers. Il va sans dire qu’un véhicule électrique ne peut pas être considéré exactement comme un véhicule thermique. En février 2022 et en juillet 2023 (le Fremantle Highway), deux incendies ont eu lieu sur des cargos porte-voitures et ces incendies ont été provoqués par des véhicules électriques d’après les résultats des experts.

Outre ces deux grosses avaries maritimes, il y a eu de nombreux autres incidents filmés et/ou rapportés de véhicules électriques qui ont soudainement pris feu. Mais est-ce que cela signifie vraiment que les véhicules électriques présentent un réel danger, largement supérieur aux véhicules plus classiques ?

Les véhicules électriques à bord des navires présentent un risque nouveau : l’incendie avec emballement thermique à cause d’un échauffement des batteries. Quand un tel incendie a lieu, il est très difficile de l’arrêter. Les éléments des batteries contiennent de l’oxygène et, lors d’un incendie, quand ils se décomposent, ils dégagent cet oxygène qui entretient l’incendie et va rendre l’extinction très difficile. C’est à ce jour le principal souci lié aux véhicules électriques quand ils prennent feu. C’est notamment un incendie similaire qui a eu lieu sur deux bus de Bolloré en région Parisienne il y a quelques mois de cela.

La principale préconisation est de ne placer à bord des navires que des véhicules dont la charge n’excède pas 30%, car c’est semble-t-il quand les batteries sont chargées au maximum qu’elles constituent un plus grand danger. Une préconisation qui n’est pas sans rappeler celle de nombreux armateurs pour les véhicules thermiques qui préconisent des véhicules avec ¼ du réservoir au lieu d’un plein complet.

Une récente étude suédoise démontre que les véhicules électriques sont moins dangereux que les véhicules thermiques en termes d’incendies. Malheureusement, dès qu’un véhicule électrique prend feu, c’est un emballement médiatique qui a lieu et qui donne l’impression d’une plus grande dangerosité de ces types de véhicules, à tort.

Les pompiers restent toutefois très vigilants à propos des incendies de véhicules électriques, comme c’est le cas avec le bataillon des marins pompiers de Marseille qui surveille de près tous les chargements contenant des véhicules électriques. Il faut dire que les pompiers ne sont pas encore bien équipés pour faire face aux incendies de ce type, un emballement thermique nécessitant de fait beaucoup plus de temps et d’eau pour être maîtrisé convenablement. Néanmoins, des technologies sont en cours d’élaboration pour aider les pompiers dans cette tâche, des technologies qui seront aussi à terme présentes sur les navires. On peut citer à titre d’exemple une prise de sécurité spéciale qui permet de couper le moteur des véhicules électriques accidentés, mais également, depuis peu, un extincteur spécifique aux feux de batteries pour lequel Tesla a gracieusement fourni des batteries pour élaborer les tests d’efficacité.

Si les véhicules équipés de batterie au lithium sont étroitement surveillés, il faudra aussi vérifier la dangerosité de ceux fonctionnant avec une pile à combustible à hydrogène dont Toyota est un fervent défenseur.

Pour répondre à la question, est-ce que les véhicules électriques sont plus dangereux que les autres ? Ce n’est sans doute pas le cas, au contraire. Mais entre l’emballement médiatique à chaque incident et le fait que l’on ne maîtrise pas encore totalement les incidents liés à ces véhicules font que ceux-ci restent toujours dans le collimateur des autorités quand il s’agit de transport ou de simple stationnement en zone souterraine par exemple. N’oublions pas qu’avant les véhicules électriques, bon nombre d’avaries maritimes ont eu lieu à cause de véhicules thermiques ou d’autres types de marchandises, le risque zéro n’existe pas et il faut s’attendre dans tous les cas, à ce que les véhicules électriques constituent la grosse majorité des futures cargaisons automobiles des navires.

Actualités

Chute de trafic catastrophique pour Suez

C’est un fait assez rare, suffisamment pour être souligné, les deux principaux canaux élaborés par l’homme pour faciliter la circulation des marchandises sont tous deux mis à l’arrêt en même temps et ...

Rappel gratuit

UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.