Rappel Gratuit

Les grands ports maritimes face au futur

Elément indispensable du commerce international, le port maritime est depuis la nuit des temps un lieu incontournable pour la circulation des échanges de biens entre les peuples. Depuis la création du container et sa démocratisation dans les échanges mondiaux, les ports ont dû à la fois s’adapter, mais aussi grandir et se moderniser.


Des acteurs essentiels à l’activité d’un port

Comme nous l’avions évoqué dans notre article expliquant les rouages du transport de containers, les ports maritimes disposent de très nombreux acteurs pour assurer la logistique de fret. Outre les transitaires et les transporteurs, on retrouve sur le port, trois grands acteurs essentiels, les armateurs, les dockers et les douaniers.

Pour commencer, tout cet ensemble est chapeauté par la Capitainerie. C’est là que se trouvent les officiers du port, fonctionnaires d’état qui ont la tâche, entre autres choses, de veiller au respect des règles, d’accueillir les navires, surveiller les flux de marchandises notamment les matières dangereuses, ou encore diffuser les informations auprès des différents acteurs officiant avec le port. C’est en quelque sorte l’équivalent de la tour de contrôle sur les aéroports.

Les armateurs sont les professionnels qui, en collaboration avec la capitainerie, vont acheminer les navires au port selon un planning précis. Ils vont devoir fournir un plan de chargement aux dockers qui vont positionner les containers sur les navires. En effet, les containers ne sont pas positionnés simplement sur la base d’une liste mais ils sont répartis en fonction de nombreux critères tels que leur poids, la nature de la marchandise (certaines matières dangereuses ne peuvent pas être positionnées côte à côte par exemple) ou encore selon la destination finale.

Il est très important de bien répartir les containers sur un navire car cela réduit le temps de déchargement sur les différentes escales portuaires, le but est d’optimiser la place et les temps d’escales. Depuis la plupart des ports, votre marchandise pourra aller n’importe où, le conteneur fera simplement plusieurs escales jusqu’à sa destination finale, exactement comme quand vous prenez l’avion pour vous rendre en vacances. Vos bagages sont étiquetés pour suivre votre trajet jusqu’à votre destination finale, et bien c’est exactement le même principe pour un container.

Véritable élément indispensable d’un port, les dockers mettent en place les containers sur le port grâce aux infos recueillies par les armateurs. Leur travail est un maillon essentiel et ceux-ci travaillent en permanence pour charger et décharger les containers sur les navires marchands. C’est aussi un élément sensible car si ceux-ci se mettent en grève, c’est tout le port qui est paralysé ce qui peut engendrer de très lourdes pertes financières.

Enfin, dernier acteur important du port, les douaniers, qui sont garants de la loi et vérifient que toutes les marchandises qui circulent ne font pas l’objet d’un délit, d’une interdiction ou d’un défaut administratif. Toutes les marchandises qui passent par le port sont soumises à la douane, chaque marchandise est déclarée en douane et validée par celle-ci. Si jamais la douane bloque pour une inspection de documents, ou une inspection physique, vous ne pourrez pas récupérer votre marchandise. C’est pour cela qu’il faut toujours être minutieux lorsque l’on expédie de la marchandise. En général, si votre déclarant est bon, il saura en amont préparer votre douane et vous citer les éléments manquants pour que celle-ci passe sans difficulté les contrôles.

Tous ces acteurs du port que l’on qualifie d’essentiels, travaillent grâce à des outils très modernes aujourd’hui. Bien que tous les ports ne se valent pas en matière d’organisation, la standardisation des échanges permet un bon tracé de chaque container et, ce, dans n’importe quel pays, même le plus sensible.


Une gestion entièrement informatisée

La plupart des ports disposent de portiques et de grues pour positionner les containers sur les navires, et de portiques mobiles que l’on appelle des straddle carriers ou cavaliers. Ce sont ces grosses structures en fer, montées sur 4 pattes qui les font ressembler à des insectes qui chargent et déchargent quotidiennement les marchandises.

Outre cela, l’informatique a depuis, pris un pas sur l’organisation portuaire. Si l’on regarde par exemple un port comme Marseille, qui n’est ni le plus moderne, ni le plus archaïque, tout est organisé à travers une plateforme logicielle en ligne que l’on appelle CI5.

CI5 c’est un logiciel en ligne, accessible pour chaque acteur officiel d’un transport de marchandise (transporteur, transitaire, douane, docker, armateur, etc…) où chacun à son rôle à jouer.

Pour résumer, l’armateur va créer informatiquement son navire, il va en annoncer l’arrivée et faire au fur et à mesure des pré-bookings sur les containers. Le transitaire va, une fois son booking pré-rempli, entrer le numéro du container et son numéro de plomb dans le logiciel pour informer la compagnie et les dockers de l’arrivée du container sur le port pour le chargement.

Les dockers vont ensuite valider dans le logiciel que le container est bien arrivé, le transitaire et les douaniers vont lancer la procédure de douane qui sera ensuite validée dans le logiciel pour que le container soit enfin approuvé définitivement comme étant bon à charger sur le navire.

Bien entendu, ici nous donnons l’exemple d’un seul port, chaque port dispose de son propre système, notamment en France ou par exemple Le Havre et Marseille n’ont pas le même logiciel, ce qui peut être contraignant si l’on travaille sur plusieurs ports (il faut du coup maîtriser chaque logiciel portuaire ce qui représente une perte de temps).


Les ports du futur

Les ports français sont certes, relativement grands et assez bien organisés, pourtant ce ne sont pas les ports les plus modernes et les plus avant-gardistes. Nous y reviendrons dans un autre article dédié aux différents ports dans le monde, mais les grands ports maritimes Chinois par exemple, qui génèrent le plus de trafic, ont dû moderniser leurs infrastructures au maximum pour pouvoir faire face aux volumes croissants du commerce mondial.

Ainsi, au-delà même d’un simple logiciel de gestion et même de l’humain qui l’utilise, la machine a pris inexorablement le dessus par l’automatisation inéluctable des ports. Si certains ports ont pris cette tangente, d’autres ne tarderont pas, dans les années à venir à devoir investir dans ce domaine.

Les terminaux portuaires tendent de plus en plus au tout automatique avec une présence de l’homme limitée à la simple maintenance. En effet, les grues et autres machines servant à soulever et charger les containers sont entièrement automatisées, ce qui permet une diminution des effectifs sur place.


Ci-haut, une vidéo montrant le systeme d'automatisation des ports maritimes

Les terminaux partout dans le monde s'automatisent.

En Europe c’est le port de Rotterdam qui s’est lancé le premier pour automatiser totalement son terminal de Maasvlakt. Le chauffeur dépose son container à l’entrée du terminal et toutes les opérations de transport, de stockage, de manutention jusqu’au chargement à bord du navire sont opérées par des machines.

Du côté de l’oncle Sam, à Los Angeles, l’un des terminaux du port de Long Beach s’est mis à l’automatisation sur le même modèle qu’à Maasvlakt.

Les Chinois ont franchi le pas à Shanghai avec le plus grand terminal automatisé du monde inauguré en 2019 et capable de traiter près de 4 millions d’EVP. Cette automatisation a été facile à mettre en œuvre en Chine, où les conflits sociaux sont relativement inexistants car les salariés sont moins protégés.

Gageons qu’en France la modernisation se fera de manière plus pondérée par le biais d’une transition en douceur. En effet, le métier de docker est appelé à changer et les effectifs sont susceptibles d’être modifiés sur certaines zones au profit d’autres compétences ou technologies. Il va de soi que, comme il fut un temps avant l’apparition de grues et autres machines mécaniques actuelles, la formation de ce métier sera sensiblement différente que celle qui prévaut actuellement, un temps d’adaptation sera alors nécessaire pour moderniser le métier lui aussi face à l’avancée des technologies actuelles.

La modernisation des ports entraîne donc une facilitation des échanges, une accélération de ceux-ci et elle permet d’éviter tout accident, que ce soit par souci logistique ou de sécurité. Peu à peu la logistique s’améliore, elle permet de procurer tous type de biens à n’importe qui et n’importe où, accentuant le champ des possibles pour celles et ceux qui veulent créer une activité.

Actualités

Une sculpture ContainerZ pour le Tetris

Il existe au Havre une salle de spectacle atypique très connue qui se nomme le Tetris. Pour ceux qui sont nés dans les années 80 et qui ont fait chauffer leur Game Boy, vous comprendrez forcément la r...

Rappel gratuit

UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.