Rappel Gratuit

Hapag Lloyd : quand l’union fait la force

Cinquième armateur mondial, Hapag Lloyd est le fruit de la fusion de sociétés maritimes datant du XIXème siècle. Fleuron maritime de l’Allemagne, le groupe n’a eu de cesse de progresser au fil des années. Un sujet de choix à vous présenter dans le cadre de notre série sur les armateurs.

Pour comprendre l’histoire de cet armateur, il faut au préalable découvrir les deux sociétés qui ont donné naissance, en 1970, à l’armateur que nous connaissons maintenant.


Qui était HAPAG ?

Hamburg-Amerikanische Packetfahrt-Aktien-Gesellschaft. Derrière ce nom à rallonge se cachent les initiales HAPAG. Cette compagnie maritime fut créée en 1847 à Hambourg par plusieurs citoyens éminents de l’époque comme Albert Ballin, Adolph Godeffroy ou encore Carl Woermann. Rapidement après sa mise en service, la compagnie devint leader en Allemagne, frôlant parfois même le leadership mondial grâce, notamment, aux flux migratoires massifs de l’Allemagne, puis de l’Europe de l’Est, vers les États Unis.

Au départ, comme son nom l’indique, la compagnie reliait des ports européens à des ports américains dans le New Jersey, la Louisiane ou encore à la Nouvelle Orléans. La demande étant exponentielle, le groupe desservit peu à peu l’ensemble des ports mondiaux pour les marchandises. En 1900, l’armateur investit dans la construction d’un terminal de paquebots à Cuxhaven et devint le point de départ principal des émigrants européens vers l’Amérique du Nord, à une époque où le rêve américain avait le vent en poupe. Outre le transport du flux de passagers cherchant à quitter le vieux continent, le groupe proposait aussi des croisières touristiques à celles et ceux qui n’avaient pas pour projet de quitter l’Europe mais de s’adonner aux joies de la croisière.

Tout comme nombre d’armateurs de l’époque, qu’ils transportent ou non des passagers, la flotte de Hapag fut saisie durant la première guerre mondiale, ne laissant opérationnels qu’une faible quantité de navires à la fin du conflit. Le même scénario se produisit durant la seconde guerre mondiale, laissant à la compagnie une flotte quasi inexistante qui fut remise aux Alliés. La compagnie navigua en limite de la faillite, jusqu’en 1970, année du rapprochement avec son principal concurrent : la Norddeutscher Lloyd.


Qui était la Norddeutscher Lloyd ?

En 1857, Hermann Heinrich Meier et Eduard Crüsemann fondèrent la North German Lloyd, une compagnie maritime qui, comme son concurrent HAPAG, fournissait un service de transport de marchandises mais aussi de passagers à destination des États Unis. L’entreprise avait une activité très éclectique : elle opérait, en sus du fret maritime, dans des domaines tels que le remorquage, la réparation navale ou encore les assurances. Les premiers services établissaient des liaisons vers l’Angleterre. Mais très rapidement la société ouvrit des liaisons transatlantiques. Les débuts furent compliqués et la société peina à trouver sa rentabilité dans un contexte économique international difficile.

Malgré les remous, la société garda le cap et s’associa notamment avec le Baltimore and Ohio Railroad afin de renforcer les services transatlantiques qui profitaient des flux migratoires vers le territoire américain. De nouveaux navires furent construits et de nouveaux contrats furent signés, dont celui sur les échanges postaux entre l’Empire allemand, l’Australie et l’Extrême Orient. En 1890, N.D.L. (le diminutif de la compagnie) devint la seconde plus grande compagnie mondiale derrière la British Peninsular and Oriental Steam Navigation Company (rachetée plusieurs fois ensuite et actuellement sous le giron de Maersk).

De 1900 à 1910 débuta ce que l’on appelle la décennie des Allemands, cette période où N.D.L. et HAPAG dominaient les routes maritimes mondiales. Le richissime américain JP Morgan racheta plusieurs compagnies (la White Star, la Red Star et la Leyland Line) mais ne parvint pas à acquérir les deux allemands. Toutefois, N.D.L. lui céda tout de même la compagnie ferroviaire Baltimore and Ohio Railroad. JP Morgan scella une alliance avec les compagnies germaniques, à défaut de pouvoir les acheter (il échoua également à racheter la Compagnie Générale Transatlantique, future CMA CGM).

Les paquebots ne cessaient de sortir des chantiers navals, et N.D.L. de croître. Malgré des difficultés financières liées à la crise financière de 1907 le groupe comptait alors 22 000 personnes sous ses ordres.

La première guerre mondiale fut une épreuve pour la N.D.L. qui vit sa flotte éparpillée aux 4 coins du globe et son service logistique réquisitionné pour servir la marine allemande. Une fois le conflit terminé, la compagnie dut repartir de zéro, ses biens ayant été confisqués au titre des réparations de guerre. Il en fut de même quelques années plus tard lors de la seconde guerre mondiale avec de nouveau la réquisition de la flotte de la compagnie puis sa confiscation. Il fallut attendre 1954 pour que le service passager put reprendre du service.


De concurrents à partenaires

Le développement de la mondialisation eut pour corollaire celui du container initié par Malcom McLean. Les deux concurrents allemands, décidèrent de créer en co-entreprise une ligne containerisée, la Hapag Lloyd Container Line. L’idée soutenant ce projet était de mutualiser les énormes dépenses nécessaires à la containerisation des flottes. Finalement, les deux sociétés fusionnèrent en 1970 pour devenir la compagnie Hapag Lloyd qui sillonne actuellement les mers du monde entier.


L’intégration de U.A.S.C.

Suite à leur fusion, le groupe se renforça et gravit les échelons du secteur du fret maritime. Dans une logique de croissance externe, le groupe vit une opportunité en 2016 : La United Arab Shipping Company (UASC), la compagnie des Émirats Arabes Unis fondée en 1976 et 10ème mondiale, était à vendre.

Le groupe Allemand décida de se lancer dans cette acquisition et procéda à une fusion acquisition pour renforcer sa flotte et sa puissance dans le top 10 mondial. La fusion fut achevée en 2017, donnant à l’armateur de nouveaux outils pour rivaliser efficacement dans un marché très concurrentiel.

Désormais 5ème mondial, Hapag Lloyd est le résultat stratégique de concurrents et compatriotes qui choisirent d’allier leurs forces dans un environnement concurrentiel féroce. Une alliance salvatrice qui permit à la compagnie allemande de s’inscrire durablement dans le top 10 mondial des plus grosses compagnies maritimes.

Actualités

La Chine rebascule dans le Zéro-COVID

Les chiffres des contaminations en Chine repartent à la hausse. Et le gouvernement chinois se replie une nouvelle fois sur sa politique sanitaire extrêmement rigide, au risque de paralyser une nouvell...

Qatar 2022 : Matchs de foot dans des containers

Cela n’aura échappé à personne : la coupe du monde 2022 au Qatar a débuté il y a quelques jours maintenant. Bien que suscitant de très nombreuses polémiques, l'événement se déroule malgré les critique...

Rappel gratuit

UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.