Rappel Gratuit

Et si on s’intéressait à l’étang de Berre ?

A quelques encablures de Marseille se trouve une vaste étendue d’eau de 20km de long pour 16.5km de large : l'étang de Berre. Très connu de tous les Marseillais, cet étang n’est pas qu’un vulgaire bassin d’eau saumâtre qui héberge des batraciens, il est un endroit clé de la région, et même pour le pays, en plus d’être le second plus grand étang d’Europe après celui de Mar Menor en Espagne. (Source image en tête : Radio France)


Aux origines de l’étang de Berre, de l’Antiquité à l’ère industrielle

Sans nul doute issu de la dernière remontée des eaux après les dernières glaciations il y a quelques millions d’années, très rapidement, l’endroit est colonisé par les premières civilisations sédentaires. Les premiers à vraiment mettre en valeur le site sont les Romains, qui profitent des terres fertiles et des rivières aux alentours se déversant dans l'étang pour irriguer les cultures. Les Romains sont d’ailleurs ceux qui ont creusé le canal de Caronte, qui relie l’étang à la mer en traversant Martigues et Port de Bouc.

Zone peuplée tout au long des siècles, l’arrivée de l’industrialisation et des premières machines modernes donne une toute autre dimension aux lieux. Le canal de Caronte est agrandi au fil des années pour descendre à 9 m de profondeur, les travaux se succèdent entre 1863 et 1925. Au cours de l’année des derniers travaux sur Caronte, le canal du Rove est mis en service pour relier l’étang à la rade de Marseille.

Tous ces travaux mènent en toute logique à l’industrialisation du site. Très vite les industriels y voient un potentiel allant bien au-delà des simples habitations vivotant près d’un point d’eau. En 1910, Henri Fabre, ingénieur et aviateur français y fait décoller l’une de ses inventions : l’hydravion. Cet exploit (pour l’époque) attire la curiosité du colonel Jacques Théodore Saconney qui prend l’initiative, en 1922, de créer l’aéroport de Marseille.

Ensuite les premières raffineries s'installent autour de la zone, à commencer par la Shell en 1928, suivie par les Raffineries de Provence à la Mède (qui deviendra par la suiteTotal) et enfin, plus tard, le complexe sidérurgique de Fos situé entre la mer et l’étang.



Le fameux canal de Caronte (Source: Wikipedia)


La Durance : le courant passe entre elle et EDF

Outre les différentes rivières qui se jettent dans l’étang, une en particulier a son importance : la Durance. Initialement, sur l’histoire géologique du site, la Durance se jetait dans la mer en créant un delta qui deviendra plus tard l’étang de Berre et la Crau. Aujourd’hui, la Durance ne se jette plus à proprement parler dans la mer. Trouvant sa source dans les Hautes Alpes, près de l’Italie, elle longe le magnifique lac de Serre Ponçon, traverse Sisteron, Manosque, passe près de la célèbre Montagne de la Sainte Victoire près d’Aix en Provence avant de se jeter dans le Rhône tout près d’Avignon. Sur son trajet, elle rencontre des affluents célèbres comme le Buëch, le Verdon ou encore l’Ubaye, parmi une trentaine d’autres.

Mais alors, quel est le rapport avec l’EDF ? Il faut attendre les années 60 pour que EDF vise l’étang de Berre comme zone potentielle d’implantation d’une centrale hydroélectrique. Problème, il faut acheminer de l’eau jusqu’à celle-ci, et l’étang de Berre n’a plus, à ce jour, de gros affluents qui se desservent en son sein. Cependant, la Durance tout près et qui autrefois se jetait dans l’étang, pourrait justement être la candidate idéale pour alimenter la centrale.

C’est là que le canal EDF sera construit. Long de 250 km, il prend son départ au lac de Serre Ponçon, passe par le canal de Curbans pour arriver au barrage du même nom. De là, il continue sa route par le canal de Sisteron avant de replonger dans le cheminement de la Durance elle-même pour ensuite bifurquer jusqu’au groupement d’usines d’Oraison avant de traverser Manosque en restant quasi en parallèle de la Durance. Durant ce périple le courant est divisé sur deux sections pour alimenter quelques usines avant de se regrouper jusqu’au barrage de Cadarache. Le canal poursuit sa route toujours en parallèle de la Durance avant de quitter celle-ci au niveau de la Roque d’Antheron (la Durance rejoignant ensuite le Rhône), pour terminer cette course épique à l’usine hydroélectrique de Saint Chamas.

EDF s’est donc servi du courant de la Durance pour acheminer les eaux nécessaires à son activité jusqu’à son usine située aux abords de l’étang de Berre.


Le lac de Serre Poncon (source : Wikipedia)


Un enjeu écologique

Si la Durance et la création du canal grâce à elle, permet à l’usine EDF de fonctionner, cela n’est pas sans présenter de risques environnementaux. En effet, l’étang reçoit beaucoup plus d’eau douce qu’il n’en reçoit naturellement sans ce canal. De fait, les sédiments se forment plus rapidement et la salinité chute, provoquant des dégradation de l’environnement pour certaines espèces qui disparaissent peu à peu faute d’espace viable pour leur développement.

En 1991, c’est une vraie prise de conscience citoyenne qui a lieu avec un référendum votant à 95% pour un arrêt des rejets d’EDF. Ainsi, plusieurs actions seront menées, dont une limitation soumise au contrôle des rejets de limons (des sédiments) ainsi que de l’eau douce. L’étang aura ainsi un suivi régulier et contrôlé, avec une communication auprès des riverains. Malgré ces efforts réguliers, l’étang demeure dégradé.

Si l’usine EDF est controversée, c’est aussi le cas de toutes les raffineries autour de l’étang. Celui-ci est devenu un bassin industriel très important, faisant exploser la démographie et créant ainsi un énorme bassin d’emploi. L’étang de Berre est d’ailleurs la seconde plus grosse concentration de sites Seveso de France après l’estuaire de la Seine. Une qualification peu anodine qui reflète bien les enjeux écologiques qui tournent autour de la zone, et l’inquiétude des riverains vivant à proximité également.

Le problème, c’est que ces usines et l’activité économique qui s’est développée autour entraînent une pollution majeure des lieux. Durant les années 2000, le Gipreb, le groupement d'intérêt public pour la réhabilitation de l’étang de Berre est créé. Le constat est sans appel : toute la zone a vu son environnement entièrement dégradé, les rejets massif d’eau douce assortis de la pollution de toutes les usines autour ont modifié l’environnement local au point que la faune et la flore s’en sont retrouvées complètement chamboulées voire détruites et remplacées par d’autres espèces, mettant à mal l’équilibre environnemental des lieux.

L’étang de Berre est une zone fortement polluée. On parle ici de l’eau par le biais des rejets d’eau douce de l’usine EDF mais il ne faut pas oublier la pollution de l’air alentour. Si les usines pétrochimiques ne rejettent pas leurs déchets dans l’étang (et ce, grâce aux contrôles réguliers empêchant ce type d’incivilités), il n’en est pas de même pour l'aéroport Marseille-Provence qui augmente ses flux passagers et cargos, les usines pétrochimiques, la circulation des camions liés au port de Marseille-Fos ainsi que la forte augmentation de la population environnante. Tout ceci a entraîné une forte dégradation de l’air dans la région. On recense par ailleurs, à travers une récente étude, une hausse non négligeable de cancers dans les zones les plus proches des usines environnantes. Bien que cette étude soit controversée, cela n’a pas empêché l’agence régionale de santé PACA de saisir sa tutelle nationale pour analyser cette étude. On attend encore à ce jour les résultats établissant ou non avec certitude le lien pollution-cancer.


Centrale EDF (Source : Maritima)


L’étang est pollué sur ses berges par des déchets divers et variés. La modification des eaux a entraîné la prolifération d’algues toxiques, la mort de la macrofaune benthique telle que les palourdes et a fini par créer un tollé général au sein des communes environnantes. Le maire de Martigues en 2017 avait d’ailleurs envisagé de classer l’étang à l’UNESCO pour donner un coup de frein massif aux rejets de l’usine EDF. La candidature reste toujours en attente d’une réponse.

Enfin, nous parlons de la faune et de la flore de l’étang lui-même, mais celui-ci est aussi environné d’une faune et d’une flore variée et en danger. Ce ne sont pas moins de 250 espèces d’oiseaux sédentaires et migrateurs qui y sont recensées. L’aéroport et le trafic routier perturbent sans surprise leur mode de vie. De plus, la pollution de l’étang créé une pénurie de nourriture pour diverses espèces. En 2019 un chien est mort en reniflant des algues toxiques et des milliers de poissons ont été retrouvés morts, flottant en surface, un phénomène lié à la pollution, à la canicule et aux fortes pluies qui entraînent une pollution par le déversement de déchets environnants.

La requalification de l’étang est d’ailleurs aussi un enjeu important pour les communes car celui-ci dispose d’un fort potentiel touristique. Situé entre le parc des calanques et celui de la Camargue, il dispose de toutes les infrastructures permettant d’assurer un grand nombre de loisirs liés aux sports nautiques ou la détente. De nombreux clubs de voiles et nautiques existent, de même que des lieux de détente comme des plages, des campings ou encore des ports de plaisance peuvent être un atout économique pour les communes riveraines qui disposent de terrains en bordure de l’étang.


Source : Tourisme Istres


Quelles actions pour sauver l’étang ?

Il est bien évident que stopper l’activité des usines autour de l’étang n’est pas envisageable. De même que l'aéroport de Marseille-Provence ne pourra jamais quitter la zone, il est même en plein développement, le trafic routier reliant Marseille à Fos pour les camions porte-conteneurs et conventionnels ne peut pas être détourné sous peine d’engendrer un chamboulement énorme de la supply chain locale, et ne reviendrait d’ailleurs qu’à déplacer le problème du sud de l’étang vers le nord de celui-ci.

Comme nous l’évoquions plus haut, l’étang fait désormais l’objet d’un contrôle permanent. Si la pollution de l’air liée aux transports ne peut être diminuée radicalement, celle des littoraux et de l’étang en lui-même peut l’être en revanche. De nombreux recours ont été effectués pour limiter les rejets d’eau douce de la centrale EDF. Pourtant, bien que sur le papier cela semble idyllique, dans la réalité l’usine dépasse les taux qui lui sont imposés dans tous les cas, même si elle les a diminués par rapport au passé.

Une validation de l’étang au sein du patrimoine de l’UNESCO pourrait contraindre les industries qui ne le feraient pas à respecter les taux, sachant que bon nombre d’entre elles traînent des pieds pour mettre en place les mesures imposées. Ces dernières années, grâce aux diverses prises de consciences du grand public, de nombreuses campagnes de dépollution ont eu lieu dans la région, que ce soit dans les calanques, dans les villes, sur les littoraux mais aussi sur l’étang de Berre.

A titre d’exemple, en avril 2021 l’association Wings of the Ocean s’est installée pour 7 mois dans la région afin de faire une campagne massive de dépollution et de sensibilisation. Équipée du voilier historique de la Mède, le St Amour, elle va, durant de nombreuses semaines, diriger une large opération de dépollution qui aura lieu sur terre mais aussi en mer à l’aide de divers moyens.

L’association tente par ses actions directes de sensibiliser le grand public, et notamment les plus jeunes, sur la question des déchets à travers des visites, des ateliers et des apprentissages.

Pour l’occasion, ContainerZ a mis à disposition de l’association un conteneur dédié qui permet à l’association de stocker son matériel en toute sécurité durant ces 7 mois d’activité.


Source : Wings of the ocean


L’étang de Berre, bien que très pollué et longtemps laissé à son sort, fédère désormais de nombreuses personnes prêtes à en découdre pour le réhabiliter. Entre les actions des riverains, des maires et les associations, force est de constater que l’écologie de cet endroit ne laisse plus indifférent. Les victoires se construisent brique par brique et, même un travail important reste à faire, les nombreux défenseurs de l’étang de Berre et les nouvelles générations sauront redonner à cet endroit son éclat d’antan.

Actualités

Départ du chantier du canal d'istanbul

A vous qui lisez nos publications avec assiduité, les goulets d’étranglement et les infrastructures telles que le canal de Panama ou encore le canal de Suez ne sont pas des sujets inconnus. A ce jour,...

Rappel gratuit

UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.