Rappel Gratuit

3ème partie : La chaîne logistique dans l’industrie nucléaire

L’industrie du nucléaire dispose elle aussi, comme toute industrie, d’une chaîne logistique adaptée, que ce soit pour l’acheminement des matières premières ou le transport des déchets pour traitement ou enfouissement. Cette chaîne est soumise à des restrictions très détaillées sur son colisage, bien plus encore que les normes d’emballage pourtant déjà bien normées et sécurisées.

Outre le colisage, le transport en lui-même, ainsi que les réglementations en vigueur pour les véhicules et le personnel transportant ces marchandises, est suivi de très près pour garantir une sécurité optimale, que ce soit pour les marchandises mais aussi le personnel travaillant à proximité de celles-ci.


Les colis de type A, B ou C

Les colis dits B ou C sont des colis conçus pour pouvoir résister à un accident durant le transport, c'est-à-dire à conserver l’intégrité du confinement de la matière radioactive. Ces colis ne sont validés que par une seule autorité compétente, la DGSNR en France. Pour parfaire la validation de ces colis, ceux-ci doivent donc répondre à plusieurs critères de résistance avant d’obtenir une certification. Par exemple, le colis doit pouvoir résister à une chute de 9 mètres sur une surface plane, résister à une épreuve thermique de 800° durant 30min, une immersion sous 15m de profondeur durant 8h etc…

Pour ce qui est des colis de type A, et à la différence des 2 autres types de colis, la contrainte se limite au contrôle de l’activité du contenu de sorte que, dans une situation d’accident, le personnel sur place puisse gérer la situation en sécurité maximale et, ce, même si le colis est dans un état dit de “ruine”. Les variantes A1 ou A2 concernent les limites des seuils d’activité dont les valeurs dépendent de la nature de la matière et du radionucléide.

Les emballages Type A doivent pouvoir résister à l’eau mais aussi pouvoir résister à une chute libre de 0.3 à 1.2 mètres, résister à l’empilement ou la compression et enfin résister à la pénétration d’une barre de 6 kg larguée d’une hauteur de 1 mètre.


Les colis industriels

Ce type de colisage concerne en règle générale des matières dites de faible activité, ou des objets peu contaminés en surface. Ceci concerne par exemple des minerais ou encore des concentrés d’uranium. Ces colis sont classifiés selon trois catégories : Type IP1, Type IP2 et Type IP3. Les colis de Type IP2 et IP3 doivent résister aux épreuves définies par les colis dits de type A.

Ces emballages peuvent être des fûts, des containers maritimes spécifiquement modifiés et équipés, ou encore des citernes en acier.

Exemple d'un contenant radioactif (source : ASN)

Autres types de colisages

Il existe encore 3 autres catégories de colis :

- Les colis exceptés, qui concernent des déchets ou des produits présentant de très faibles activités radioactives, ils ne sont pas soumis à un étiquetage particulier mais doivent répondre à des spécifications particulières en termes de niveaux de débit de dose et de contamination. Malgré ces exemptions d'étiquetage, leur manipulation en cas d’incident peut s’avérer dangereuse, il est donc nécessaire de prendre quelques précautions. On peut citer des produits tels que les détecteurs de fumée ou des emballages vides ayant contenu de la matière radioactive comme colis dits exceptés.

- Les colis sous arrangement spécial qui sont des colis ne satisfaisant pas toutes les réglementations en vigueur et dont le transport nécessite donc une étude aboutissant à un certificat d’arrangement spécial (indiquant les risques du produit et toutes les infos pour sa manipulation éventuelle).

- Les colis de matières fissiles, c'est-à-dire des colis transportant essentiellement de l’uranium et du plutonium. Ces colis doivent pouvoir résister aux mêmes épreuves que les colis de Type B décrits précédemment.

Pour transporter tous ces colis, s’ils sont en quantité importante, en plus des contenants propres au confinement des matériaux eux-mêmes, il convient d’être en mesure de les charger dans un colis adapté, et c’est là que les containers maritimes entrent en jeu.

L’utilisation de containers dits Type A ou IP2

Les matières radioactives, bien que stockées et sécurisées, ne peuvent pas forcément être placées à l’air libre (bien que certains pays le fassent malheureusement). De fait, il est nécessaire de les stocker dans un espace adapté, que ce soit pour un potentiel transport maritime, routier ou ferroviaire, mais également pour le stockage sur une zone tampon, par exemple en attente d’un transfert dans la zone de traitement convenu.

C’est pour cela qu’il existe des containers maritimes adaptés et normés que l’on appelle des containers Type A / IP2. Ces containers sont réalisés sur la base d’un container classique mais disposent d’un aménagement adéquat (et normés). A titre d’exemple mais non d’exhaustivité, le plancher en bois, non-décontaminable, est remplacé par plancher en acier inoxydable de 4mm d’épaisseur dont les soudures sont réalisées en continu et éprouvées pour garantir une étanchéité totale. De même que l’intérieur est doté de nombreux crochets d’arrimage pour garantir un meilleur arrimage de la marchandise. Les parois et le sol sont traités avec une peinture décontaminable répondant aux normes en vigueur.

Bien entendu, les systèmes d’ouverture et fermeture sont également entièrement étanches et sécurisés. Ce type de container n’accueille bien évidemment pas des matières radioactives à nu. Celles-ci sont traitées et contenues dans des récipients adaptés comme nous l’avons évoqué précédemment. L’usage de ce type de container garantit ainsi un renforcement de protection des déchets radioactifs jusqu’à leur stockage définitif, l’acier étant une barrière aux radiations, mais les maintient également en condition de transportabilité par tous modes de transport.


Aujourd’hui, avec le succès rencontré par les diverses utilisations possibles du container, que ce soit pour une utilisation destinée aux particuliers ou bien aux industries, il devient finalement logique que ces boîtes soient utilisées et adaptées pour cette industrie qui a commencé à se démocratiser au moment de leur création par Mc Lean. Si les containers sont normés Type A ou IP2 c’est avant tout parce que les matériaux qui composent les containers maritimes standards ne permettent pas une décontamination suffisante après une opération de transport ou de stockage, et/ou que leur conception structurelle ne répond pas suffisamment aux contraintes imposées par les produits radioactifs. C’est pour cela que ces containers font l’objet d’un « upgrade » de leur structure afin de répondre aux normes spécifiques au transport de ces produits pas comme les autres. En outre, transporter des colis déjà normés comme les Type A, B ou C à l’intérieur d’un autre contenant tels que le conteneur, lui aussi normé, permet d’optimiser d’autant plus la sécurisation du transport de ces matières.

Il faut comprendre que le transport des matières radioactives par la route ou parfois par la mer est quelque chose de relativement courant et “banal”. Les médias montrent souvent des images quelque peu spectaculaires de convois ferroviaires spéciaux avec des wagons blindés mais la plupart du temps, le transport de matières radioactives se fait de manière beaucoup plus discrète et très régulièrement.

L’utilisation des containers dans la chaîne logistique nucléaire est un atout indéniable car elle permet d’assurer un renforcement de la sécurisation des transports de par la qualité de résistance reconnue des containers, couplés à l’optimisation pour la mise aux normes IP2 et Type A.

Ces containers sont disponibles chez Container-Z et répondent entièrement aux normes en vigueur, si vous avez un besoin par rapport à des matières radioactives nécessitant un transport ou un stockage, nous saurons vous guider dans votre projet et vous fournir tout le matériel nécessaire.


Sources :

  • Wikipedia
  • ASN.fr
  • Sfen.org
  • Irsn.fr
  • Le lanceur
  • Le Parisien
  • Mediapart
  • Energhetique
  • Ensi
  • Job Transport
  • Encyclopédie Energie

Actualités

Départ du chantier du canal d'istanbul

A vous qui lisez nos publications avec assiduité, les goulets d’étranglement et les infrastructures telles que le canal de Panama ou encore le canal de Suez ne sont pas des sujets inconnus. A ce jour,...

Rappel gratuit

UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.