Rappel Gratuit

La supply chain mondiale au ralenti

La période des fêtes de fin d’année est une des périodes qui entraîne le plus d’augmentation des volumes transportés. L’économie mondiale, déjà mal en point, fait face à deux problématiques majeures qui aggravent sa situation : la crise géopolitique et le réchauffement climatique mettent à mal tout le transport mondial. Le canal de Panama est quasiment à sec et laisse passer les navires avec parcimonie. Et le canal de Suez, quant à lui, se retrouve évité à cause de rebelles yéménites propalestiniens qui attaquent tout navire passant par le golfe de Bab-Al-Mandeb.

Fait rarissime, les deux axes de fret les plus utilisés dans le monde sont tous deux mis à mal en parfaite synchronisation et les compagnies maritimes ne peuvent quasiment plus utiliser ces points de passage pourtant essentiels. Ce grand chamboulement inédit empêche donc de restaurer l’équilibre entre l’offre et la demande, ce qui a pour conséquence de tracer un sillon qui tend vers une augmentation des taux de fret, une aubaine pour les compagnies maritimes.

En effet, quand la supply chain subit des imprévus tels que des conflits géopolitiques ou tout récemment encore, une crise sanitaire, les capacités de transport diminuent et les compagnies maritimes peuvent ainsi plus facilement justifier des augmentations de tarifs auprès de leurs clients. Dans ce cas précis, un reroutage des navires par le cap de Bonne Espérance entraîne une augmentation des délais et donc des charges d’exploitations qui vont se répercuter sur le taux de fret final. Un avantage certain pour les compagnies qui ont vu leurs taux baisser de manière drastique depuis quelques mois et qui vont pouvoir reprendre quelques couleurs, au détriment des chargeurs qui subissent de plein fouet les ralentissements et blocages des deux principaux goulets d’étranglement mondiaux.

Bien entendu, ces détours avantageux pour les compagnies maritimes ne vont pas arranger leur bilan carbone, mais compte tenu de la situation, il sera compliqué de leur taper sur les doigts tant la situation est exceptionnelle. Telle est la dure loi du transport maritime : le malheur des uns peut faire le bonheur des autres, et pour cause, après les attaques en mer Rouge et l’annonce des arrêts de circulation dans la zone, les actions de nombreuses compagnies sont montées en flèche (+16% pour Hapag Lloyd, +18% pour ZIM, etc…).

Reste donc à voir si ces augmentations vont rester à des seuils raisonnables ou si elles vont grossir dans des proportions astronomiques comme lors de la crise sanitaire où les taux de fret étaient montés si haut que de nombreux secteurs d’activités avaient littéralement repensé leurs business model et entrainé la réaction de nombreux gouvernements comme celui des États-Unis alors en pleine période d’élection.

Une situation qui risque de perdurer encore un moment tant la situation au large du Yémen est encore tendue malgré l’arrivée d’une coalition internationale pour sécuriser la zone. Et côté Panama, malgré une récente amélioration des niveaux des lacs intérieurs, la sécheresse persiste et empêche l’infrastructure panaméenne de reprendre une activité normale.

Actualités

La saison du reefer est arrivée !

Après des semaines voyant alterner vent, pluie, neige et froid, le soleil refait surface pour notre plus grand bonheur. L’été est la saison préférée des festivals de musique, des salons, des sport...

Rappel gratuit

UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.