Rappel Gratuit

Baisse du nombre de containers perdus en mer : un progrès

Chaque année, on estime que ce sont près de 500 millions de containers qui circulent dans le monde. Un chiffre qui reflète assez bien l’étendue colossale de la supply chain mondiale et la standardisation significative du container comme outil de transport incontournable.


L’impact d’un container perdu en mer

Avec de tels volumes et des navires qui se comptent en dizaines de milliers avec, pour certains, une capacité de transport extrêmement élevée, on se doute que des pertes se produisent durant les milliers de trajets effectués chaque année, des pertes parfois évitables et qui ont des conséquences désastreuses.

Outre l’impact sur les acteurs concernés directement par la perte d’un container, l’impact écologique des containers perdus est une problématique devenue très sérieuse. Le container n’est pas forcément une sorte de grosse enclume qui va couler. Il peut parfois au contraire flotter pendant des jours, entre deux eaux, et présenter un énorme danger pour la navigation. On peut citer Thomas Ruyant, un skipper du Vendée Globe qui a, en 2016, subi une avarie en mer durant son périple après un impact direct avec un container maritime perdu qui flottait au gré des courants.

Autre effet du container perdu, sa dangerosité pour l’environnement. Certains containers contiennent des produits dangereux qui peuvent avoir des conséquences catastrophiques pour la faune et la flore, sans compter ceux qui, même s’ils ne contiennent pas de matière dangereuse, peuvent relacher tout ou partie de leur marchandise en mer créant ainsi une forte pollution maritime (matières plastiques par exemple). Il n’est pas rare de trouver sur les littoraux de grandes quantités d’objets issus de containers perdus. On peut ainsi citer le cas célèbre des téléphones Garfield qui n’ont eu de cesse de s’échouer sporadiquement sur les côtes du Finistère depuis les années 80 et dont la provenance exacte du container échoué n’a pu être déterminée que tout récemment, un objet pop culture culte devenu un symbole de la pollution maritime.


Un cas de conscience

Depuis plusieurs années, le nombre de containers perdus varie d’année en année. 2013, 2020 et 2021 ont été des années productives d’un nombre élevé d’unités perdues, au contraire de 2008, 2009 ou 2019. Les chiffres sont très volatils mais restent à prendre en considération car chaque container perdu est un problème potentiel.

On estime, d’après les dernières données de le World Shipping Council, qu’en moyenne 1 382 conteneurs maritimes ont été perdus en mer chaque année sur la période 2008-2019. Et cette moyenne a augmenté ces dernières années pour franchir les 2 300 unités perdues en mer, notamment à cause de mauvaises conditions météorologiques ayant contribué aux avaries.

Certes, sur le papier, le taux de perte semble infinitésimal par rapport au volume de boîtes qui transitent chaque année. Mais chaque container de moins à l’arrivée est un container de trop dans l’océan. Insuffisances d'arrimage, des conditions météorologiques mauvaises ou encore déclarations de poids erronées, les raisons sont multiples pour expliquer ces pertes.

Les moyennes citées plus haut sont aussi très sensibles. Elles prennent en compte des statistiques sur plusieurs années, mais dès lors qu’un naufrage de navire a lieu, les chiffres explosent car les navires transportent de plus en plus de boites. Les armateurs ont depuis quelques années demandé un contrôle renforcé des poids en imposant des sanctions contre ceux qui essayent de passer des containers sous de fausses déclarations. Pour rappel, les containers sont placés sur les navires en fonction du poids et de leur destination, à travers un calcul très précis pour équilibrer au mieux le navire. Si le ship planner dispose de mauvaises informations, c’est tout le navire qui peut être mis en péril.

Autre problème occasionnant des pertes, les porte-containers géants qui permettent d’empiler un très grand nombre de conteneurs maritimes. Ils présentent ainsi une prise au vent très importante qui peut déséquilibrer le navire selon le sens du vent et sa puissance. Cette problématique est amplifiée si les arrimages sont mal effectués, et les mauvais arrimages sont aussi une cause non négligeable des pertes de containers.

Des projets sont actuellement à l’étude pour optimiser ces arrimages et les renforcer pour éviter des avaries liées à cela, sans compter les puces GPS pour le traçage des containers qui commencent à se développer et aident à la récupération des boîtes perdues.

Enfin, la vigilance est de mise chez les armateurs pour éviter à tout prix le largage de containers pour raisons de sécurité lors de grosses tempêtes. En effet, il n’est pas rare que dans certaines conditions météorologiques très agitées, un choix soit fait de laisser tomber des boîtes pour sauver le navire qui pourrait risquer un naufrage. Certes, ce choix est salutaire dans bien des cas pour éviter une plus grosse perte (rappelons que certains navires peuvent contenir jusqu’à 24 000 EVP, un chiffre colossal).


Les autorités maritimes, ainsi que les différents acteurs de la supply chain ont bien pris conscience des problématiques liées à ces pertes qui vont au-delà d’un simple coût financier important. Les différents moyens de contrôle mis en œuvre (contrôle des poids, contrôle des marchandises dangereuses, etc.) devraient permettre une baisse des pertes, sur des axes maritimes de plus en plus chargés.

Actualités

Rappel gratuit

UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.